1311716-Violoniste

Bonjour,

 

20ème conte, cette année sera sous le signe des histoires partagées !

 

Le violon

 

Un luthier apprit un jour qu'il était atteint d'une terrible maladie qui l'empêcherait de se consacrer à son art, et sa passion, les violons. Il décida donc de faire un dernier violon et il y consacra ses jours et ses nuits, ne mangeant que le nécessaire pour continuer et dormant juste quelques heures par nuit pour que ses mains ne tremblent pas. Il y mit ses joies, ses peines, ses attentes déçues, les belles rencontres qu'il avait faites, l'amour de sa vie, partie trop jeune, les enfants qu'ils n'avaient pas eu. Ce violon fût à la fois son chef d'oeuvre, la conclusion d'une vie réussie et son testament. Il le finit et se demanda ce qu'il pourrait en faire, ce violon étant un objet unique, il ne pouvait se résoudre à le vendre et il savait qu'il avait transmis tout son savoir, son amour dans le violon. Il alla voir son meilleur ami qui était chef d'orchestre. Le luthier joua devant son ami et ce dernier eut les larmes qui coulèrent. le violon semblait tirer sa musique directement de son âme et de son coeur. Lorsque le luthier s'arrêta, le chef d'orchestre était encore sous le choc. Il demanda au luthier si ce dernier accepterait de jouer devant plusieurs personnes que son ami amènerait. Le luthier accepta en pressant son ami car ses mains commençaient déjà à lui jouer des tours et à ne plus bien répondre. L'ami amena successivement des enfants, des personnes âgées, des jeunes filles pétillantes, des amis dépressifs. A chaque fois, il semblait que le violon avait la capacité de "sentir" l'humeur de la personne et de jouer ce qui lui correspondait. Tous étaient touchés en plein coeur, les enfants éclataient de rire, tapaient dans leur main alors que le violon lançait des notes joyeuses? Les gens tristes pleuraient beaucoup puisque le violon mêlait ses sanglots aux leurs. Mais ils se sentaient apaisés après que le luthier ait joué.

Un matin, le luthier sût qu'il ne pourrait plus jouer du violon, ni travailler sur cet instrument qu'il aimait tant. Il fit venir son ami pour un dîner somptueux, puis à la fin du dîner, lui fit cadeau du violon. Le chef d'orchestre fût submergé par le chagrin, car il savait que ce violon était le testament de son ami.

En effet, celui-ci mourût dans la nuit, sa tâche en ce bas monde était accomplie et il n'avait plus de raison de s'y attarder. Il alla rejoindre les anges pour jouer avec eux des airs célestes...

Le chef d'orchestre se fit qu'il allait confier le violon au premier violon de son orchestre. Lorsque ce dernier le prit en main, il en sortir des notes magnifiques devant le chef d'orchestre qui pensait à son ami avec tout l'amour dont il était capable.

Le violoniste avait un concert avec quelques amis. Il décida d'emprunter le violon, le chef d'orchestre accepta à condition de porter le violon lui-même, d'assister au concert et de reprendre le violon après. Le concert fût une catastrophe, le violon jouait faux, déraillait. Le violoniste dût s'excuser auprès du public et reprendre son violon, qu'il avait amené avec lui.

Le chef d'orchestre repartir soucieux. Il réfléchit toute la nuit à ce qui s'était passé. Au petit matin, c'est comme si son ami lui chuchotait à l'oreille.

"Ce violon, j'y ait mis mon âme, mon coeur, ce qui me restait de vie à vivre. Il ne peut jouer que devant une personne, ce n'est que là qu'il peut résonner et mettre la personne au diapason de sa vie".

Le chef d'orchestre comprit que ce violon ne pouvait pas être utilisé comme un violon normal. Il appris à en jouer, et s'en servi pour soigner les gens, pour les aider à vivre pour certains. A chaque fois qu'il prenait son violon et en jouait, il lui semblait entendre au loin, son ami jouer avec lui.

Ainsi s'écoula sa vie entre les concerts, de plus en plus rares et les rencontres avec les gens qu'il aidait. Lorsque son temps fût venu. Son violon alla à sa fille qui l'avait accompagné et avait pris en main le violon, ou plutôt, le violon l'avait prise en main lorsqu'elle avait une dizaine d'années.

Alors que le chef d'orchestre revenait d'un concert épuisant. Il entendit son cher violon jouer. Or, personne n'avait le droit d'utiliser l'instrument. Lorsqu'il entra dans la pièce où dormait le violon, sa fillette jouait les yeux fermés et la musique qui sortait du violon était si belle, que le chef d'orchestre en tomba à genoux en pleurant. Il sût que son ami avait choisi la personne qui lui succèderait avec ce bel instrument.

Ainsi, quelque part dans le monde, il y a des instruments, des personnes, disséminés un peu partout sur cette planète qui ont le don d'être relié au ciel et de guérir les autres, parfois même ils donnent leur vie pour que leur oeuvre aident ce monde après leur disparition. Voici où réside la magie de ce monde, même si beaucoup l'oublie, elle agit, bienveillante et toujours présente.

A demain

La Rêveuse