Bulles

Bonjour,

16ème conte de l'année

 

La petite fille et l'araignée

 

Les araignées ont toujours fait peur aux filles. Mais cette petite fille-ci, Louise, n'avait pas peur d'elles, depuis qu'elle était petite, elle avait été familiarisée par sa grand-mère avec l'idée que les araignées étaient des fées qu'un mauvais sort avait transformé en bêtes repoussantes à cause d'une magicienne puissante jalouse de leur beauté. La petite fille les considéraient donc pour ce qu'elles étaient, des fées en disgrâce. Elle avait même réussi à obtenir de sa mère, bien que cette dernière devienne presque hystérique à la vue de ces bestioles, qu'on ne tue plus les araignées qui étaient dans la maison, mais qu'elle puisse les sortie et les emmener loin de la maison.

Un jour, alors qu'elle se promenait dans les champs, elle vit une araignée qui ne bougeait plus dans sa toile, elle s'approcha et vit que l'araignée s'était emberlificotée dans son fil, Dieu sait comment. Louise parla d'abord doucement à l'arachnide pour que cette dernière ne prenne pas peur. Puis, patiemment, elle défit les liens qui attachait l'araignée. Une fois cette dernière libérée, elle se remit en activité immédiatement, pour réparer sa toile. Louise la regarda faire un moment, elle avait toujours été fascinée par ces magnifiques toiles, surtout juste après la rosée, quand elles scintillaient de toutes les gouttes déposées dessus.

Puis, elle vit qu'il était temps de rentrer, sinon maman s'inquièterait. Elle rebroussa donc chemin. Alors que la petite fille repartait, l'araignée s'immobilisa dans sa toile et fixa l'enfant qui s'éloignait. C'était comme si elle parlait pour elle-même.

Louise rentra chez elle et oublia l'araignée. Le lendemain était un dimanche et il faisait un soleil radieux. Louise alla au marché avec ses parents et comme c'était la tradition, elle eut droit à sa gaufre au sucre et à choisir un petit objet au bazar. Elle choisit de quoi faire des bulles. Elle adorait ces bulles qui montaient dans le ciel, iridescentes et qui rejoignaient le soleil. Il lui semblait que chacune d'elle emportait un petit bout de ses rêves vers une autre personne qui les asborbait dès lors que la bulle éclatait près d'elle.

Elle fit donc des bulles pendant pas mal de temps, les regardant emporter ses bouts de rêves. Ce qu'elle ne savait pas c'est que l'araignée qu'elle avait sauvé était réellement une fée et qu'en remerciement du geste de Louise, elle lui avait accordé la grâce d'une vie douce durant laquelle elle saurait toujours rêver et où certains de ses rêves se réaliseraient.

Et Louise ne fit jamais le lien entre ce sauvetage de l'arachnide et le fait que, périodiquement, même lorsqu'elle fût adulte, lorsqu'un projet lui tenait particulièrement à coeur, elle ressentait le besoin de lancer des bulles vers le soleil en enfermant ses rêves dans les bulles afin qu'elles aillent haut dans le ciel pour que ses rêves s'envolent vers le soleil et qu'ils se réalisent, ce qui, de façon extraordinaire et magique, était le cas, bien souvent.

 

A demain

La Rêveuse