Hiver 2012

Bonjour,

Nous venons tout juste de passer cette très belle fête de Noël. Que ce soit au milieu des gens que nous aimons, famille ou proches, que ce soit seul. Cependant, nous faisons tous partie de cette humanité et ce petit bout d'homme qui vient de naître annonce un ère nouvelle. Une époque de responsabilisation de l'Homme. Nous ne sommes plus seuls, jouets de Dieux ou d'hommes jouant à inventer un Dieu qui soit tantôt la carotte, tantôt le bâton de ces êtres fragiles que nous semblons être. A partir de sa naissance, il nous est donné ce cadeau d'amour inconditionnel, cette injonction de nous aimer les uns les autres, de nous comporter comme si nous étions des enfants, avec la même confiance et le même émerveillement que nous avions sur ce monde lorsque nous étions petits.

Mais qu'avons-nous fait de cet enfant ? Certains l'ont gardé très proches d'eux, il affleure et cet enfant intérieur reste un guide et une présence aimante au creux de leur vie et de leur âme. Pour d'autres, il a été enfoui très profond et cet enfant intérieur souffre et décale la personne. Pour d'autres encore, il a été renié, enfermé, mutilé, enfoui et cette présence meurtrie ampute la personne.

Mais quel que soit le rapport à cet enfant qu'il nous faut être au sein de cette vie adulte que nous nous sommes construite, il conditionne notre rapport au monde.

Et cette période de l'hiver est une période propice à l'intériorisation et à la redécouverte de soi. Nous sommes, de plus, dans une semaine très particulière, entre Noël et cet enfant qui vient de naître et qui vient nous donner les clés de notre liberté d'Homme et le passage vers le renouveau avec un passage vers l'ancien qu'il nous faut laisser derrière avec bienveillance quelques soient les évenements qui nous sont arrivés. Pas de regrets, pas de remords, juste des enseignements à tirer de ce que nous avons vécu.

Nous sommes comme cet arbre qui illustre mon billet et qui remonte à 2012, lors d'une ballade dans les Pyrénées au bord d'un lac avec l'homme qui est à mes côtés depuis plus de trente ans : dépouillé, en gestation, mais fièrement dressé. Extérieurement, il semble mort ; intérieurement, il se prépare à renouer avec la vie, à faire éclore ses bourgeons et à célébrer la vie qui reprendra le dessus au Printemps. Un cycle éternel, infini, mais qui nous rappelle que la vie est plus forte que tout au final et que nous devons faire la paix avec notre passé, quel qu'il soit, même les événements que nous regrettons, pour pouvoir faire de la place au renouveau dans notre vie.

Ci-dessous quelques liens pour se familiariser avec l'enfant intérieur :

Qu'est-ce que l'enfant intérieur, selon Jung ?

http://www.agendaplus.fr/index.php/be/publications/dossier/12113/apprivoiser-son-enfant-interieur

http://www.coeurdenfant.fr/images/pdf/Se-reconcilier-avec-son-enfant-interieur.pdf

Comment se reconnecter et guérir notre enfant intérieur ?

http://pourallermieux.over-blog.fr/article-guerir-son-enfant-interieur-58368208.html

Quelques méditations pour rétablir la connexion avec cet enfant intérieur

Méditations de l'enfant intérieur

 

méditation pour se connecter à son enfant intérieur méthode ho'oponopono

Un CD : http://www.souffledor.fr/boutique/produits_se-reconcilier-avec-son-enfant-interieur-cd_40_3501.html

 

Donc, en ce temps d'intériorisation et de travail sur soi, je nous aime mon enfant intérieur et moi et nous avancons ensemble dans notre vie. Parfois, c'est moi qui le guide ; souvent, c'est lui qui me prend la main pour me rappeler qu'il vaut mieux rire plutôt que de souffrir à jouer à l'adulte coûte que coûte.

A demain

La Rêveuse