colere

Jusqu'ici, je me suis toujours refusée à utiliser ce blog comme tribune politique, car tel n'est pas sa vocation. Mais là, trop c'est trop.

J'ai horreur que l'on me prenne par la main comme un petit enfant pour m'amener là où d'autres veulent que je sois. Les Instituts de sondage, les médias, et bien d'autres hommes politiques et médiatiques se livrent à un système de méthode Coué inadmissible.

C'est pourquoi j'appelle les lecteurs de ce blog à voter pour les législatives, même s'ils avaient décidé de ne pas le faire et à voter pour un parti d'opposition au gouvernement. Pourquoi ? parce qu'une démocratie ne peut raisonnablement pas être exercée dans un pays où les pouvoirs sont détenus sans qu'une opposition valable puisse discuter toute décision inique.

Parce que les quelques couacs (vite reprimés et avec remontage de bretelles sanglants) de notre nouveau gouvernement laisse présager des lendemains qui déchantent...Parce que l'amitié qui lie notre Président avec de grands magnats de presse (un en particulier) me fait irrésistiblement penser à un pays voisin il y a quelques années et enfin parce que j'ai horreur que l'on me dise ce qui va arriver, alors que rien n'est jamais joué.

On nous avait déjà bourré le crâne avant les Présidentielles en donnant les résultats du second tour dans un premier temps et de l'élection finale dans un deuxième temps. Je comprends les coups de gueules des petits candidats. Et voilà que l'on refait pareil pour les législatives ????

Mais qu'est-ce qui me fiche un pays où on fait voter les gens pour le decorum puisque "les gens bien informés et qui savent" nous prédisent notre avenir et font les élections...

J'en appelle donc à la résistance civique. A nous de leur prouver que nous ne sommes pas des veaux (comme le disait le Général De Gaulle, déjà à l'époque!!!), mais des gens qui pensent et pas forcément politiquement correct.

Voilà, je suis très colère! En attendant de revenir à des choses plus douces (ce sera fait dès demain, je vous rassure). C'était une petite parenthèse.

A bientôt.  Marylo, la Rêveuse